Livia

Publié le par mon-enfant-trilingue

Pour ouvrir cette rubrique de témoignages de familles multilingues, je vais commencer par le récit du linguiste Jean-Marc Dewaele à propos de sa jeune fille Livia. 

Cette universitaire a commencé à s'intérésser à l'acquisitition du langage chez les enfants du langage après la naissance de sa fille en 1996. Il s'est alors rendu compte rapidement que peu d'études avaient été menées chez les enfants trilingue, et il décida de faire de sa fille son nouvel objet d'étude. Pour cela, il a procédait à des enregistrements vidéos réguliers.

 

La famille et le quotidien de Livia

 

belgique.jpgLa maman de Livia est d'origine néerlandaise, son papa français. La famille vit à Londres, et la langue du pays est donc bien sûr l'anglais. Ils ont alors décidé de suivre la règle du "une personne-une langue". Le papa de Livia s'adressait à elle exclusivement en français, sa maman en néerlandais et les amis et voisins en anglais. Comme les parents de Livia communiquaient entre eux en néerlandais, c'était la langue dominante de la famille. 

Le papa de Livia avait la chance de ne travailler que l'après-midi, ce qui lui permettait de passer toutes ses matinées avec elle. Dès ses 5 mois et ce jusqu'à l'âge de 2 ans et demi, elle était gardée l'après-midi par une nounou pakistanaise qui lui parlait l'anglais et l'urdu.

A l'âge de 2 ans et demi, elle entra à l'école maternelle anglaise. Elle y appris à danser, dessiner et chanter. En plus de cela, elle suivait deux heures par semaines des cours de français. 

 

Les premiers mots de Livia

 

gb_1606.gifLivia a prononcé ses premiers mots vers 14 mois. Elle était déjà capable de comprendre environ 150 mots en anglais, français, néerlandais et urdu. Elle commença avec des mots anglais. Elle pouvait également dire quelques mots en urdu, mais elle n'a jamais dépassé dans cette langue le stade de la phrase de deux mots. En français, ses premiers mots ont été "poupou" (elle voulait dire par là bonbon), froid, chaud, "pabi" (poubelle). C'est seulement à cette période qu'elle a prononcé ses premiers mots en néerlandais. 

Vers 2 ans et 2 mois, elle a commencé a produire des phrases en français et en néerlandais telles que "papa parti", "maman manger" "la content papa contente", avec un peu de retard sur l'anglais. Très vite les phrases sont devenues plus complexes :"Je m'appelle Livia avec une barbe, et dans mon jardin j'ai des petits abricots et haricots" (!!??).

 

Sa prise de conscience de sa capacité à communiquer dans plusieurs langues

 

netherlands-flag.gifLorsqu'elle jouait avec ses poupées, elle leur parlait en anglais. Lorsqu'elle mélangeait ses langues, elle n'en combinait que deux à la fois. Une phrase en français-néerlandais donnait : "fermer deur sinon cou" ce qui signifie "ferme la porte sinon froid". C'est lors d'un dialogue avec son papa qu'elle a pris conscience des différentes langues lorsqu'elle a remarqué que les parties du corps avaient un nom différent selon la langue.

Il arrivait par la suite qu'elle reproduisait la structure syntaxique d'une langue dans une autre. Mais très tôt elle a été capable de nommer les différentes langues qu'elle parlait, et de les différencier. Elle pouvait également adapter la langue dans laquelle elle s'exprimait selon son interlocuteur. Voici par exemple un extrait de dialogue rapporté par son papa :

la maman (en néerlandais) : Appelle papa, nous allons manger

Livia (en néerlandais) : Oui mais je vais le dire dans une autre langue, d'accord ?

(en français) : Papa tu viens manger ?


Jusqu'à l'âge de 5 ans

 

Plus le temps passait, plus Livia progressait en anglais. Elle se mettait à corriger les erreurs de ses parents, et se moquait de leur manière de chanter des chansons dans la langue de Shakespeare. 

En général elle formait des phrases correctes dans les trois langues et commetais de rares erreurs, qui disparaissent avec le temps. Mis à part quelques exceptions, elle ne faisait pas non plus de faute de transfert de langue. Son papa cite comme anecdote la fois où elle s'est mise à chanter "Frère JAcques" avec un accent anglais. Lorsque son papa l'a reprise, elle lui a répondu qu'elle chantait en anglais. Elle avait en fait appris la chanson la veille dans son cours de français. 

Pour Livia il était normal de parler trois langues, puisque qu'elle n'avait connu que cette situation. Mais elle était consciente que tous les autres enfants n'étaient pas capable de parler français et néerlandais.

 

Jusqu'à l'âge de 9 ans

 

Par la suite, les parents de Livia sont devenus plus souple concernant l'usage de l'anglais, et autorisaient Livia à l'utiliser avec eux selon ses envies. Mais la langue de la famille est restée le néerlandais. Livia est trilingue, mais elle montre une nette préférence pour l'anglais, sa langue dominante. Elle maîtrise parfaitement ses trois langues à l'oral sas accent. Elle est aussi capable de lire en français sans problème. De son apprentissage de l'urdu il ne lui est par contre resté que 2-3 mots. Il arrive rarement qu'elle commette des erreurs de transfert, la plupart du temps lorsqu'elle utilise des expressions qui ne se traduisent pas d'une langue à l'autre. 

Elle ne considère pas sa situation de trilingue comme exceptionnelle car elle est en contact avec d'autres enfants multilingues issus de l'immigration

 

 

Sources : Jean-Marc Dewaele - Trilinguial first language acqusition : exploration of a linguistic "miracle" link (vous trouverez ici le récit dans son intégralité) , link Interview de Jean-Marc Dewaele

Commenter cet article